Accueil du site > Equipes de recherche > Innovation, développement durable et bien-être

Innovation, développement durable et bien-être

mis à jour le

Equipe de recherche 3 : Innovation, développement durable et bien-être

Responsables :  : J-P. Bassino et A-M. Rieu

Chercheurs et ITA CNRS en rattachement à titre principal à l’axe 3 :

Bassino, Jean-Pascal, PR sciences économiques (ENS de Lyon)
Lecler, Yveline, PR science politique (Sciences Po Lyon)
Shi Lu, MC langue et civilisation chinoises (U. Lyon 3)
Yamamoto, Miyuki, IE CNRS

Chercheurs de l’IAO associés à titre secondaire (axe de rattachement principal) :

Gédéon, Laurent (axe 2)
Graziani, Romain (axe 1)
Jaluzot, Béatrice (axe 1)
Peyvel, Emmanuelle (axe 2)

Chercheurs post-doctorants et associés :

Augendre, Marie MCF géographie, U. Lyon 2 (en rattachement principal à EVS)
Cherrier, Pauline Dr en science politique, post doctorante à l’IAO
Faure, Guy, CR CNRS HDR science politique (section 33, directeur du Bureau du CNRS à Tokyo jusqu’au 31/08/2014)
Rieu, Alain-Marc, PR philosophie (U. Lyon 3)
Sugita, Kurumi, CR CNRS anthropologie sociale (section 38)

Principaux projets de recherche en cours :

PICS CNRS : Capital naturel, stock total d’actifs, migrations intérieures et bien-être soutenable ; dynamique de long terme au Japon (700-2010)
Responsables : Jean-Pascal Bassino, IAO, ENS de Lyon, et Kyoji Fukao, IER, Hitotsubashi University, Tokyo (2014-2016 ; soutien financier du CNRS pour l’équipe française : 6000 euros par an)

L’objectif de projet est d’analyser le rôle de l’accumulation du capital physique et humain et de la préservation du capital naturel (avec soutenabilité faible) comme déterminants du niveau de vie au Japon en longue période en couvrant la période depuis 700 à l’échelle nationale et en utilisant des données régionales depuis 1800. Du point de vue de l’économie du bien-être, l’indicateur pertinent de bien-être durable n’est pas un flux (revenu) mais un stock, le stock total de capital humain, naturel et produit per capita (Dasgupta 2001, 2009). Ce résultat théorique a été appliquée pour la mesure de l’épargne véritable (EV) qui a permis d’évaluer l’importance du capital naturel capital dans le patrimoine totale des pays en développement (Hamilton 2006). Ces résultats sont cependant sensibles à la définition de la valeur du capital naturel. En particulier, l’EV ne prend pas en compte la valeur des stocks de poisson et la biodiversité, et les changement dans les prix relatifs des actifs.

Les aidants informels : la vie professionnelle et le réseau du care. Comparaison France / Japon
Programme de recherche financé par la CNSA et la DREES-Mire (150 000 euros). 2012-2014. Responsable : Kurumi SUGITA

L’objectif de l’enquête est d’appréhender deux types de risques, professionnel - dans le sens de la précarisation marquée par la discontinuité de trajectoire et la présence possible de périodes de chômage-, et du care – lorsqu’endosser le rôle d’ « aidant » peut être source de précarité, (ou provoquer une précarisation de la situation sociale de la personne), que ce soit par le changement de la situation professionnelle ou par les coûts que cela entraîne -, et d’étudier leur interdépendance dans le parcours de vue des individus. Les enquêtes par entretien sont réalisées au Japon et en France. Nous nous appuyons sur la méthode d’analyse séquentielle des données sur le parcours d’aidant, afin de repérer et analyser les variables qui influent sur la trajectoire professionnelle. Elle est complétée par l’approche de réseau permettant d’identifier les acteurs qui interviennent dans le déroulement du care et l’aide aux aidants.

Les déplacés de l’accident nucléaire de Fukushima. Les conséquences sociales et sanitaires, et les initiatives citoyennes.
Financement NEEDS/CNRS AMI. (6000 euros). 2012. Responsable : Kurumi SUGITA

Ce projet a comme l’objectif de contribuer à mieux comprendre les effets socio-économique et sanitaires - physiques et mentales-, de l’obligation de quitter son cadre de vie, soit temporairement, soit définitivement. Les dimensions des territoires et du droit constituent également notre questionnement essentiel. Par une enquête qualitative avec une perspective longitudinale, complétée par des questionnaires pour la collecte des données chronologiques factuelles, nous tâcherons de recueillir les témoignages des déplacés de ce qui s’est passé, sur comment ils s’organisent pour faire face à la situation, et sur les moyens mobilisés à cette fin de façon personnelle ou collective. Nous souhaitons mettre en évidence, à travers leurs vécus, les premiers éléments de réflexion sur le processus d’émergence de nouveaux acteurs et de la prise des initiatives citoyennes dans la société japonaise dans le contexte d’une catastrophe nucléaire.

Déplacés et Indécis Laissés à Eux-Mêmes depuis l’accident de Fukushima (DILEM)
Financement NEEDS/CNRS AMI. (39310 euros). 2013. Responsable : Kurumi SUGITA

Le projet DILEM répond à un besoin urgent d’analyser une situation exceptionnelle et éphémère lorsqu’un territoire qui a été contaminé par un accident nucléaire semble pouvoir basculer, soit vers l’abandon et le confinement, soit vers la tentative de revitalisation et de réintégration. Pour aborder ces questions cruciales, en situant nos regards au niveau des populations et de leurs vécus, ce projet issu de l’AMI NEEDS 2012 se concentre sur les questions de métrologie, de circuit d’information, de parcours individuels et de mobilisations citoyennes. L’ambition de DILEM est en effet de délaisser les périmètres d’évacuation, identifiés comme amplement contaminés, pour aller explorer les zones grises de l’après catastrophe et étudier les populations qui doutent, mais que l’État considère comme hors de danger, pour qu’elles témoignent de leur parcours, de leurs dilemmes, jusque ici difficiles à appréhender, et pour qu’elles puissent s’approprier les résultats de cette recherche indépendante. Pour révéler la construction du risque, le projet s’appuie également sur une analyse critique des zonages et sur l’interprétation des cartographies radiologiques disponibles à différentes échelles. Le projet mobilise donc des compétences en métrologie, en physique nucléaire, en socio-anthropologie, en sciences politiques et en géographie. Ce projet s’appuie sur un principe de recherche-action, mis en œuvre par une équipe dont la majorité des membres a une très bonne connaissance du terrain dans une configuration interdisciplinaire destinée à favoriser l’objectivation des effets de la radioactivité et de l’exposition des populations.

Croissance verte au Japon : politiques publiques et expérimentations Projet « ponctuel » ARC 8 (sept. 2012 à sept. 2013) - Financement (5000 euros) Région Rhône-Alpes. Responsable Yveline Lecler

Objectifs : Comme les pays d’Europe, le Japon est à la recherche d’une nouvelle croissance et mise sur l’innovation verte pour redynamiser son économie. Diverses expérimentations ont lieu qu’il s’agisse d’eco towns, de smart-grids ou smart-communities. Il s’agira à travers ces expérimentations d’étudier les politiques mises en œuvre, les arrangements institutionnels et les stratégies développées par les différents acteurs dans le cadre des coopérations au niveau local mais aussi au niveau international. Méthode : La recherche sera menée avec une approche empirique à forte dimension régionale. Etudes de cas d’expérimentations par entretien semi-directifs auprès d’acteurs de ces expérimentations notamment.

Résultats attendus : Mise au jour des principales caractéristiques des politiques menées et des dépendances de sentier afin d’examiner in fine les conditions d’un redéploiement vers une croissance verte. Préparer le lancement d’un programme de recherche conjoint avec des collègues japonais, et envisager la faisabilité d’une ouverture vers la Corée du sud et la Chine autour des questions de villes durables et croissance verte.

Prices and incomes history in Japan (1200-1950) and Vietnam (1880-1950) National Science Foundation (NSF) Sub-contract Financement : NSF project #SES0922531 Global Price and Income History (GPIH http://gpih.ucdavis.edu/) ; team leader : Peter Lindert ; 17 000 US$ ; Durée 3 ans (2009-2012). Responsable : J-P. Bassino

Price data from various location of western and central Japan covering the period 1400-1750 have been collected as part of the second stage of the GPIH. During the third stage, collecting price and wage data covering the period 1000-1400 are collected. As far as wages are concerned, most of the information is related to construction of new buildings and repairs of temples in Kyoto, Nara and other locations in the Kinai region. Price data come from various sources ; some of these prices can be regarded as wholesale or retail prices, while others seem akin to official (i.e. administrative) prices. On Vietnam, the objective is to estimate Gross Domestic Product (GDP) and the Balance of Payments (BOP) under French rule (ca 1880-1954) in order to provide the basis for a reinterpretation of Vietnam economic transformation.

Penser après Fukushima : l’impact sur les sciences humaines et sociales
Financement : ENS de Lyon ; Montant : 3000€ - Durée : 12mois (2012-2013). Responsable : A-M. Rieu

Politiques d’innovation et PME : les dynamiques de l’action régionale en Europe et au Japon
Programme de recherche conjoint IAO/ UMIFRE 19 Maison Franco-Japonaise, 2008-2010. Financement (35 000 euros) Université de Tokyo, Manufacturing Management Research Center (MMRC), Université du Tohoku, GCOE school of law, Région Rhône-Alpes et Agence Invest in Wallonia. Responsable : Yveline Lecler

Objectifs : Partant du constat qu’au Japon comme en Europe, c’est aujourd’hui par la mise en relation des milieux industriels, universitaires et institutionnels (San-Gaku-Kan ou triple hélice) que les instances nationales, mais aussi les autorités locales entendent redynamiser leur économie et/ou restaurer leur compétitivité internationale, il s’agissait d’explorer concrètement les solutions mises en œuvre dans plusieurs régions prises pour cibles afin de promouvoir la création de jeunes pousses (start-up) issues de la recherche, le transfert de technologies etc.

Méthode : Etudes du cadre législatif et des réformes en lien avec les politiques d’innovation et études de cas approfondies de deux régions japonaises (Tokyo et Tohoku) et de deux régions européennes (Rhône-Alpes et Wallonie).

Résultats : La recherche a montré que tant en France qu’au Japon, les objectifs visés à travers les réformes des universités, de la propriété intellectuelle ou à travers le soutien à l’incubation, au transfert de technologie, ou encore aux clusters, étaient de même nature et relevaient bien d’une même philosophie, d’un même modèle. Des différences quant à leurs modalités de mises en œuvre ont cependant été mises au jour, différences qui s’expliquent par les conditions institutionnelles, sociétales, industrielles, voire même idéologiques préexistantes, amenant à des résultats certes non négligeables, mais dans les deux cas inférieurs aux attentes.

Revitalisation des territoires, PME et emploi. Vers un système régional d’innovation ?
Programme de recherche conjoint IAO/Université de Tokyo, Institut des Sciences Sociales (LIA-CASSH), 2008-2012. Financement CNRS 13000 euros (+ université de Tokyo). Responsable Yveline Lecler et Kase Kazutoshi.

Objectifs : Les nombreux districts industriels (jibasangyo, sanchi) que les PME ont formé sur l’ensemble du territoire japonais connaissant des difficultés (perte d’activité, d’emplois et de population), il s’agissait d’analyser les mesures prises par les pouvoirs publics afin de revitaliser les espaces régionaux concernés.

Méthode : analyse comparées des données régionales puis études de quelques cas de réalisations locales par entretiens semi-directifs d’acteurs publics.

Résultats : La recherche a montré que les externalités positives reconnues par la théorie d’agglomération se sont en fait érodées depuis les années 80 et que les diverses lois et mesures en faveur de la revitalisation n’ont pas amené les effets escomptés, entraînant à la fin des années 1990 et début 2000 une nouvelle vague de politiques publiques plus directement ciblées sur l’innovation avec un regard délibérément tourné vers les Etats-Unis et visant deux objectifs conjoints : acquérir un avantage concurrentiel décisif dans les secteurs d’avenir, mais aussi redynamiser par l’innovation les districts industriels et territoires régionaux en difficulté.

Publications récentes et communications dans des colloques : voir HAL-SHS

Doctorants :

Girouard, Kim, doctorante en histoire contemporaine « Médicaliser la santé reproductive, maternelle et infantile en Chine du Sud, 1890-1950 » (en co-tutelle avec l’Université de Montréal).

Granier, Benoît, doctorant en science politique « La participation citoyenne dans les villes durables : le cas des smart-communities au Japon ».

Kumala, Baptiste, doctorant en science politique « Les politiques d’innovation au Japon : le cas de la robotique de service ».

Leprêtre, Nicolas, doctorant en science politique « Modes d’action publique et promotion des technologies vertes dans l’aménagement urbain : les initiatives d’éco-communautés au Japon » .

Sisaykeo, Phimpha, doctorante en science politique « Transfert de compétences et réception par les acteurs bénéficiaires : l’expérience Chinon - Luang Prabang de coopération décentralisée au service de la préservation et de la mise en valeur d’une ville patrimoine au Laos ».